Archive pour le mai 15th, 2010

l’Esprit saint est toujours avec nous

Samedi, mai 15th, 2010

Semaine marquée par un va et vient de calmes et de soubresauts. Le financement du film prend forme, quelques bonnes nouvelles précèdent de mauvaises, suivies de bonnes… Semaine agitée, puis calme avec le pont de l’Ascension. Semaine banale, puis arrive mon anniversaire, puis un autre jour…

Il me vient à regretter de n’être pas plus proche du Seigneur, dès que je suis happé par ces petits événements de ma vie. Je suis trop content de me jeter dans la mêlée et le matin j’essaye de prier, en vain ; mille pensées viennent me perturber, m’emmener vers de nouveaux rivages. Le soir je me love dans les bras du Seigneur avec l’intention de Lui parler et je m’endors avant d’avoir terminé un Notre Père. Je m’en veux un peu, comme un mari qui délaisse sa femme.

Et puis le jour de mon anniversaire, par hasard je rentre dans une église que je ne connais pas où commence une messe. J’essaye de saisir l’occasion pour me concentrer sur ma prière. Mais je me mets à penser au film et à tous ces détails que je ne dois pas oublier… Me voilà distrait une fois de plus. Alors une vieille dame à la voix tremblante prend le micro pour énoncer des intentions de prières. Je m’attends à de traditionnels voeux pour l’Eglise, le pape et ceux qui rencontrent la misère. La petite vieille évoque alors le festival de Cannes et souhaite que les vedettes et les films nous inspirent plus d’humanité. J’en reste interdit, comme si je venais de recevoir un encouragement (et une mise en garde) de l’Esprit Saint. Je ressors de l’église tout heureux de ce cadeau d’anniversaire inattendu.

Le lendemain, à un ami financier qui s’enquiert de l’avancée du film, je réponds par texto quelques informations concrètes et finis en disant que j’espère que le Saint Esprit est avec nous.

Sa réponse ne tarde pas, mon téléphnone vibre.

Cher Thierry, l’Esprit Saint est toujours avec nous, comme un jardinier qui cultive notre âme. C’est donc un domestique que l’on peut solliciter… Ces propos de sont pas de mon cru, mais du curé d’Ars!