En prison

La semaine dernière m’a été donnée la chance de faire une expérience très impressionnante.

Cela fait partie des dons que Jésus place sur mon chemin et que je peux saisir, ou ne pas saisir.

Par l’intermédiaire d’un ami, on m’avait donné le numéro de téléphone d’un prêtre, aumônier dans une prison. Je l’avais appelé et il m’avait aussitôt invité à venir témoigner à la prison.

Et cela s’est passé la semaine dernière. L’aumônier, un homme solide, avec une bonne tête d’honnête homme, un tête à la Lino Ventura, m’attendait, avec deux amies bénévoles, au pied de ce mur immense, devant cette porte minuscule, dans cette rue déserte d’un samedi matin. J’avais déjà le trac.

Après les formalités d’usage, nous avons pénétré dans ce lieu si particulier. Ici on guillotinait il n’y a pas si longtemps.

Bruits de clés, voix qui résonnent dans les longs couloirs, odeur de fer. Nous passons toutes les portes, les unes après les autres. L’aumônier a son propre trousseau, il peut entrer dans chaque cellule. Il le fait, du reste. Il connaît les plus de six cents détenus. Certains le saluent, tandis qu’ils vont à la rencontre de leur avocat.

Et moi je suis, docile, inquiet de ce que je vais pouvoir raconter à ces hommes enfermés. J’invoque secrètement l’aide de l’Esprit Saint. Il ne me laissera pas tomber.

Je ressens pour la première fois de ma vie ce que représente l’enfermement, je le ressens jusqu’au fond de mes os. Je me sens oppressé, le souffle court… Et ça ne fait pas vingt minutes que je suis dedans.

Dans une petite salle polyvalente, les hommes nous attendent. Ils sont une petite dizaine. Il y a Jacques, Michel, Thierry… Ils sont sympathiques, ils papotent gaiement en attendant que ça commence. L’un d’entre eux me dit qu’il commence à trouver le temps long ici. Il rêve d’un poulet grillé et d’un verre de rouge.

Je donne mon témoignage, sans trop réfléchir, spontanément. Je sens que Jésus est parmi nous.

Oui, j’ai rencontré Jésus en prison.

15/06/2013

40 commentaires

  1. Redigé par doris david:

    quel bonheur… vous en avez de la chance ! Sois glorifié Seigneur Jésus en Ton serviteur Thierry. amen +

  2. Redigé par lefebvre brigitte:

    la vie avec Dieu est vraiment une grande aventure il nous emmène dans des endroits ou on n aurait pas toujours choisi mais ou on ressort avec de la joie car on a parlé de lui
    bravo bravo thierry

  3. Redigé par lefebvre brigitte:

    au faite j ai dévorée votre livre sur une nuit sauf miracle bien sur
    ca m a enthousiasmé
    une évangelique anonyme

  4. Redigé par claude:

    Thierry a choisi comme titre pour un de ses livres : « Catholiques Anonymes ».
    Qui a compris l’allusion ?
    Moi j’y vois une sorte de thérapie de groupe ; une propre reconnaissance dans l’Autre, besoin de transmettre le message…à celui qui tend la main………Transmettre le message , Thierry a peur des responsabilités que celà lui donne . Peur d’être maladroit ?
    Mais avec son langage du coeur il ne risque rien….même dans une prison.
    Thierry a peur parfois de « s’éloigner de Jésus » ou que « Jésus ne s’éloigne de lui ».
    Pourquoi a-t-il peur de perdre son trésor ? Alors que tout est impermanent , l’amour , l’argent , la santé….
    Le secret de Thierry : il lui reste une part de quête toujours en éveille . ( une église: il y rentre et prie – une vielle dame : il s’arrête……). Thierry a besoin de piqûre de rappel.
    Le message me convient.
    Claude

  5. Redigé par Carole:

    Merci Seigneur pour cette experience . Le Seigneur est partout . Ce que j’apprécie chez vous c’est que vous ne fermez jamais les portes . Le Seigneur décide de vous envoyez dans ce lieu , vous y allez en lui faisant confiance . Oui il vous aide , oui il vous donne les mots à prononcer .
    Vous faites là un prompt et fidèle serviteur . Gloire à Dieu .

  6. Redigé par bb:

    Thierry, je vois que nous avons vécu la même expérience!!

    Est ce une chance!! oui et non car j’aurais préféré que ce genre de lieu n’existe pas…mais là, je rêve! Mais je pense aussi que l’homme à sa part de responsabilité (vérité,justice et Amour)vis à vis de toutes ces personnes.
    Dieu est partout, son Amour est partout.
    Bon wend à tous.

  7. Redigé par Evelyne:

    Je me pose une question : pensez-vous Thierry que ces prisonniers etaient sincerement interesses par Dieu, ou voulaient-ils seulement se distraire un moment ? L’un d’entre eux vous a meme dit qu’il s’ennuyait.

  8. Redigé par Maria Antonia:

    Cher Thierry,
    Quelle aventure si belle et bouleversante avec Jésus! Je suis sure que tu leur as transmis Son amour. C’est une expérience qu’on n’oublie jamais.

    J’étais très jeune, quand suis allée à une prison de femmmes, elles brodaient des trés beaux tapis pour vendre, j’étais une cliente. Je suis restée un bon moment avec elles. En sortant, je me sentais touchée, et je me suis rendue compte que je ressentais envers elles le plus profond respect.

    Bon fin de semaine à tous!
    Que Dieu vous bénisse

    Maria Antonia

  9. Redigé par Catherine87:

    Sacrément impressionnant de visiter une prison, Thierry !
    Il y a quelques années Sr Emmanuelle vînt témoigner au Palais des sports de ma ville et le lendemain, comme vous, elle rendit visite aux prisonniers de cette ville. Elle voulait qu’ils retrouvent un peu de leur dignité.

  10. Redigé par Abelita:

    Bonjour Thierry
    Je vous ai découvert par hasard, en tombant sur votre livre « sauf miracle bien sûr »
    J’aime la simplicité avec laquelle vous parlez de votre rencontre avec Jésus
    Je suis en train de Le découvrir…. avec plein de questions…
    Merci d’oser parler de votre foi si profonde avec autant de simplicté

  11. Redigé par Coumarine:

    Je remonte petit à petit dans vos archives… je me nourris de vos paroles toutes simples. Merci

  12. Redigé par marie-paule bidaux:

    Témoigner en prison…! Ca c’est fortiche (!) et ça aurait plu à Jésus. C’est tout-à-fait dans ses cordes !
    Je viens de terminer votre 2ème bouqin (Apprenti chrétien) et j’ai beaucoup ri lorsqu’un prêtre vous a donné à faire une dizaine de chapelet comme pénitence …… Vous avez mis 3 jours à les dire tous les 10 !!
    Et oui, l’apprenti ne savait pas encore que ce n’était qu’un PATER et 10 AVE MARIA ………..

  13. Redigé par emylia92:

    Bonsoir Thierry,

    Quand le vent se met à souffler alors :
    « Le vent souffle où il veut : tu entends le bruit qu’il fait, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. » ((Jean 3.8 )

    Mais quand il se lève, alors il faut s’accrocher au bastingage. Et ça part tout seul. Il n’y a pas de soucis à avoir. Nous ne sommes pas aux commandes, c’est l’esprit saint qui conduit.

    E

  14. Redigé par Odile:

    Votre billet me va droit au cœur. J’ai passé toute cette fin de semaine avec 2 jeunes accrochés au cœur, des mineurs, très certainement, objets de mes pensées et de mes prières depuis qu’en partant travailler, je les ai aperçus un matin tôt, sortant du commissariat à côté de chez moi.

    Le visage découvert, ainsi offert à tous, ils auraient pu être mes enfants, menottés, les mains dans le dos, un jeune garçon et une jeune fille. Il est mal aisé de faire assoir des gens menottés à l’arrière d’une voiture, la scène a duré, jusqu’à ce que le feu virant au vert, ne m’enlève à cette scène qui m’a prise aux entrailles pendant plusieurs jours. Je me suis mise instantanément en prières pour eux, espérant que cette arrestation sera salutaire pour leur avenir, qu’ils n’auront fait qu’une grosse connerie et qu’ils n’auront pas à entrer dans la fabrique de désespérance que sont les prisons françaises pour les jeunes.

    J’ai passé la journée d’hier au vert avec une trentaine de jeunes ; quelques uns en sortent, d’autres iront très vraisemblablement. L’un y a passé dix-huit mois ; il est encore en mise à l’épreuve, il aimerait maintenant effacer vite ce passé mais le calendrier de la justice est lent ; la situation de son insertion est bloquée tant qu’il n’aura pas effectué ses « T.IG », pas avant 2014…

    Comment ne pas prier pour toutes ces personnes en prison, pour leurs familles qui vivent ces situations très durement également. Que le psaume d’aujourd’hui (31(32)soit pour elles et que la miséricorde de Jésus les transforme,
    En prière avec vous, Odile

  15. Redigé par clémentine s.:

    Cher Monsieur,
    Une empathie très grande se joue entre ce lieu d’enfermement et vous-même. Une empathie envers ces prisonniers. Personnellement, je pense que les prisonniers ne sont que le reflet de la conscience du monde et que les vrais criminels ne sont pas dans les prisons mais ailleurs. C’est peut-être parce que les prisonniers sont des humbles que le Christ est plus présent dans les prisons et que vous l’avez senti proche de ces gens.
    Je vous remercie de ce témoignage qui doit faire réfléchir.
    Bonne journée
    C.S.

  16. Redigé par emylia92:

    Bonjour Clémentine,

    La vérité semble sortir directement de ces quelques lignes que vous venez d’écrire !
    Les vrai coupables sont rarement ceux qui sous soumis à la vindicte populaire.
    Il suffit de se souvenir de la passion du Christ.

    E

  17. Redigé par Béa:

    Bonjour Thierry,
    C’est formidable d’être allé témoigner en prison.
    Comme Carole je pense que Dieu vous conduit où il veut; vous continuez à faire fructifier votre « talent ».
    Quelles ont été les réactions? Y a-t-il eu un échange avec les personnes venues vous écouter?
    Fraternellement
    Béatrice

  18. Redigé par Brigitte:

    Un chrétien à la rencontre d’ hommes en souffrance morale ou spirituelle pour non seulement les réchauffer d’un rayon de soleil, mais aussi peut-être pour évacuer leur ennui quotidien, pour les faire rêver ou les inciter à se laisser transformer par le Christ rédempteur, voila ce que je retiens en lisant le message fort de ce samedi banal. Sans doute cette matinée, dans cette salle polyvalente , sera-elle inoubliable pour certains et pour vous, Thierry.
    Il faut certainement la force et la tendresse de cet aumônier, un peu plus habitué, pour apaiser l’angoisse de pénétrer dans cet univers carcéral si lointain de nos lieux de vie quotidiens où l’on doit suivre docilement ceux qui sont imposés comme maitres à ceux qui , pour un temps, ont perdu leur liberté et parfois même leur dignité.Vous montrez bien cette ambiance qui prend aux tripes. Pourquoi cette appréhension? Parce que ces personnes nous ressemblent terriblement;sans doute n’ont-elles pas eu les outils, les fondations utiles, les bons réflexes pour ne pas sombrer dans l’erreur ou la faute à un instant t. Ils ont manqué de l’amour de leurs semblables pour certains. Parfois, il suffit de pas grand-chose pour passer de l’autre côté des barreaux et voir son destin basculer.
    Comme le rappelait le prêtre dans son homélie ce matin, le regard de Jésus sur chacun d’entre nous est si important. Souhaitons que votre témoignage permette à chacun de ceux que vous avez rencontrés de sentir la présence de Jésus comme vous l’avez ressenti et d’accueillir le regard de Jésus posé sur eux.
    Brigitte

  19. Redigé par clémentine s.:

    A emylia92:
    Bonsoir
    Je vous remercie beaucoup de votre réponse sur le blog de M. Bizot.
    Malheureusement, c’est par expérience que j’énonce ce que j’écris.
    Je vous souhaite une excellente soirée
    Clem

  20. Redigé par bb:

    Oui Thierry a eu raison d’aller témoigner dans la prison. Son témoignage aura peut être touché le coeur « d’une seule personne! « mais il l’aura fait!!! tout comme pour lui à la catéchèse…
    De toute façon, il ne laissera pas d’autres prisonniers dans l’indifférence..et puis se sont aussi des hommes et des femmes comme vous et moi! Ils n’ont pas eu la même chance que nous de milieu d’éducation et d’amour!!!et je suis d’accord avec Clémentine sur ce qu’elle à dit!
    Il y a un très beau livre à lire à ce sujet :l’audace d’aimer :une voix vers la liberté intérieure de Roger W.McGowen 25 ans dans les couloirs de la mort (au-delà du NON du désespoir, Roger,avec une force d’âme exceptionnelle, a fait le choix du OUI de la vie.

    Même dans les cas les plus extrêmes, parce que l’amour est une loi, il impose sa force tranquillle à toute situation.

    L’amour n’est qu’à une pensée de distance. Utilise le souvent. Il ne peut jamais s’épuiser.

    Vivre, c’est aimer, même celui qui vous fait mal. Vivre, c’est bénir, c’est prier, c’est servir.
    Roger W McgOWEN

  21. Redigé par Anna:

    Bonjour Thierry,

    Vous êtes courageux d’être allez témoignez en prison,

    Courageux, d’entrez dans ce lieu que vous décrivez si bien dans toute sa lourdeur et quelle détresse entre ces murs.

    Mais courageux, d’avoir affrontez ces hommes et surement avoir redonnez de l’espoir à certains, une petite lumière doit toujours être dans leur cœur.

    Vous êtes un homme bon.

    Merci à vous.

  22. Redigé par Marie-Thé:

    Bravo Thierry,quel courage, et force!!!

    La joie, la lumière pour eux, et une lueur d’espoir!!

    Merci beaucoup pour tout ce que vous faites

  23. Redigé par Brigitte:

    Merci bb , vous donnez envie de lire « l’audace d’aimer » . Pour ceux qui sont sensibilisés aux problèmes de la délinquance, les livres de Guy Gilbert, prêtre éducateur sont des témoignages sur la réinsertion des jeunes particulièrement « Dieu mon premier amour » qui résume toute sa vie au service des jeunes en difficulté.

  24. Redigé par Joël:

    Merci Thierry pour votre dernier livre « Sauf miracle bien sûr ».
    Il m’a été offert par mon épouse pour la fête des pères !!! cadeau original que j’ai lu d’une traite jusqu’à 2 heures du matin!!
    La fin est bouleversante: j’y ai vu deux paraboles de la vie dans l’au-delà, l’être aimé n’est plus là, mais il est quand même là d’une autre façon, il est présent par l’amour, qu’il a porté, qu’il a reçu…
    L’amour ne meurt jamais, Son Amour est éternel…
    L’amour plus fort que la mort!
    … image de notre vie future dans l’au-delà, dans l’Amour…

  25. Redigé par Sophie:

    Bonsoir Thierry,

    Toi qui aimes bien François d’Assise et l’Italie, il y a des chances que tu connaisses le film  » les 11 fioretti de François d’Assise » de Rosselini.

    C’est pas jeune-jeune (1950) , pas spectaculaire non plus : tournage sobre, en noir et blanc, avec une grande économie de moyens, tant économiques que narratifs… rien de mélo ou de démonstratif dans le récit mais, pour ma part, je m’y suis laissée prendre.

    J’ai notamment en mémoire le passage de la rencontre entre François et le lépreux. Rien ne va de soi…. et François aurait sans doute aimé passer au large. Mais, une rencontre toute simple se produit. François découvre que cette rencontre l’ouvre à plus grand que lui.

    C’est à ce type de rencontre racontée par Rosselini que me fait penser ton récit de ce samedi, de même que la rencontre au foyer de l’Arche de Trosly ou les rencontres parrains-filleuls de la seconde marche.

    Le Saint Esprit ne nous fait pas entrer dans un moule magique dont nous sortirions tous identiques et/ou  » bien comme il faut ».
    Par contre, il a cette faculté rare de lézarder les murs de nos apparences et de nos suffisances pour provoquer ces moments étonnamment simples et justes. Demandons Lui simplement la grâce de savoir les recevoir pour ce qu’ils sont, à commencer par la trace de son passage.

  26. Redigé par caro:

    Bonne journée à tous !

  27. Redigé par claude:

    Comment un homme qui a peur peut-il juger un homme malade de ses émotions ?
    « Vous ferez 4 ans…non 2 ans et puis basta ce sera 3 ans et je m’en lave les mains « .
    Jésus est pour moi le plus grand ténor du barreau.
    « Que celui qui n’a jamais pêché …lui jette la 1° année de prison… »
    puis il a inventé le sursis:
    « Tu es pardonné(e) et ne pêche plus….. ».
    Jésus continue d’inspirer les juges de toutes sortes.
    Bonne journée.claude

  28. Redigé par nicole:

    bonjour Thierry,
    Vous rendez vous compte de la chance que vous avez, ou que vous vous donnez.
    On vous a investi d’une mission et vous vous y accrochez, et vous avancez cahin, caha, mais avec une force tranquille qui m’émeut, avec une force qui entraîne un tas de gens derrière vous, parfois je suis en dehors du chemin que j’avais choisi ou que l’On m’avait fait prendre et que j’avais accepté, et voilà que ma petite voix me dit « tu as 5 minutes, si tu allais faire un petit tour sur «  »THE BLOG »".
    J’y vais, et c’est à chaque fois la même chose, je me dis «  »C’est trop beau pour être vrai »", et en fin de lecture me voilà dans votre conte à cent pour cent.
    Merci et à la prochaine lecture, malheureusement je pars en bateau et là sur l’océan dur dur d’avoir un réseau.
    Alors si cela existe j’espère que les ondes humaines marcheront.

  29. Redigé par caro:

    Exactement comme Nicole

  30. Redigé par Victoire:

    Bonjour à tous et à chacun,

    merci infiniment Thierry ,
    pour votre témoignage- expérience de l’enfermement auprès des détenus qui est sincère émouvant et plein de Foi.
    Vous êtes allé dans cette prison avec une mission qui était celle de transmettre aux prisonniers votre découverte de l’Amour du Christ :
    « Là, ou deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, je suis là au milieu d’eux » ( Matt,18-20) et cette condition était requise , c’est pour cela que votre témoignage est si beau et spontané!

    « On peut commettre des délits et rester une personne humaine » témoignage du Père Guy Gilbert:

    http://www.youtube.com/watch?v=J6NS6OaCBTU

  31. Redigé par doris david:

    l’important et le plus difficile c’est de rencontrer Jésus partout, en tout et en tous…

  32. Redigé par laurence:

    Désolée de jouer le strouble-fête dans ces témoignanges unanimes, mais même si j’admire la démarche de Thierry, je ne rejoins pas les commentaires insinuant que les vrais coupables sont rarement en prison…Oui la justice humaine est imparfaite, car rendue par des hommes, oui les conditions de détention sont sûrement souvent dégradantes (je repense au témoignage du médecin de la prison de la santé il y a quelques années), mais ne mélangeons pas tout.
    La justice humaine apporte une réponse à des comportements qu’une société ne peut pas accepter. Cela ne veut pas dire que ceux qui sont passés par là n’ont pas droit au même respect que les autres, mais je trouve que c’est faire preuve d’un peu d’angélisme que de nier que leur enfermement est la réponse à un acte qu’ils ont commis.
    En revanche, le travail de ces aumoniers est formidable car la rencontre avec Dieu peut les amener à cet Amour incommensurable qui pardonne tout, qui donne un autre éclairage, qui dicte d’autres comportments.

  33. Redigé par Brigitte:

    Laurence, il me semble que la plupart des commentaires ne « demandent pas d’ouvrir les portes des prisons » mais parlent seulement de la dignité de l’homme en prison. On sait tous qu’il n’existe pas d’anges sur terre et que la justice de Dieu est au delà de la justice des hommes.

  34. Redigé par Victoire:

    Pour illustrer les propos de Brigitte sur cette question délicate, je vous propose une vidéo de KTO ( les mardis des Bernardins)à propos de la justice des hommes et la justice de Dieu:

    http://www.youtube.com/watch?v=Q_ozw0vxihs

  35. Redigé par Odette:

    Merci, Thierry, pour ce beau témoignage qui fait chaud au coeur! Je viens de terminer votre dernier livre (sauf miracle, bien sûr) que j’ai énormément apprécié, pour sa finesse, sa profondeur et son humour…
    Continuez, vous nous donnez de l’élan pour aller de l’avant.. et merci encore!

  36. Redigé par doris david:

    « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. » (Mc.2)

    Si donc il n’est pas étonnant de rencontrer Jésus en prison, il n’est pas étonnant non plus de ne plus Le rencontrer dans nos églises. Plus elles fermeront leurs portes et plus celles des prisons s’ouvriront.

    Des pécheurs, y’en a partout… comme on trouve des péchés en tous ! La sainteté ne veut pas dire sans péchés… La sainteté se juge selon la fidélité !

    Ainsi Dieu, quand Il nous juge, est obligé de faire avec ce que nous sommes : tous pécheurs…

    Sa justice, je le crois aussi, est obligé de dépasser celle des hommes, pour ces raisons et aussi parce qu’Il est Père, que c’est Lui qui nous a créés, et de surcroit à Son image. Son droit est nous juger. Si Lui ne le prend pas alors on se demande qui ?

    Parce qu’Il est Père, jamais Il ne permettra la perte d’un seul de Ses enfants et tous les hommes sont Ses enfants… sans distinction – étant « venu pour donner sa vie en rançon pour la multitude.  » (Mt.20)

    Je crois que Thierry et ceux qui font comme lui, ne font que leur travail – leur travail de disciple: Imiter Jésus… sans juger qui que ce soit… pour rendre la prière vivante… ‘que Son Nom soit sanctifié, que Son Règne vienne, que Sa volonté se fasse’ (Mt.6)… que tous Le connaissent et aient la vie éternelle (Jn.17)

    Bonne fin de semaine à tous et toutes et demeurons en Son amour
    doris +

  37. Redigé par Thérèse:

    Avons nous vraiment atteint ce stade? Est-ce vrai que l’on ne rencontre pas Jésus dans nos églises? J’ose espérer que non.
    « Là ou deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux. »a dit Jésus. Et puis il est là par sa Parole ,puis par le Pain et le Vin.
    Nous formons durant la messe une assemblée de pécheurs et nous venons chercher là, la force d’aimer à sa source, car sans Lui, nous en sommes incapables.Jésus se fait nourriture pour cela.
    Bien sûr, et heureusement, Jésus n’est pas seulement dans les églises.
    Il s’est fait le Très-bas pour que chaque personne désespérant d’elle-même ose aller vers Lui, car sa faculté de pardon est infinie.
    C’est le message d’espérance qui peut remettre debout et en marche des détenus désespérés.
    Bonsoir à chacun(e).
    Th.

  38. Redigé par Thérèse:

    Je sais que bien des églises, hélas , ne sont pas accueillantes,( ou pas assez accueillantes). On peut dire qu’elles ne rendent pas assez manifeste la Présence du Christ, mais Lui est bien là au rendez-vous. Il est fidèle.
    Que des personnes se sentent rejetées est bien triste, Car le Christ veut au contraire rassembler ses poussins comme une poule autour de lui, comme il l’a dit, en pleurant devant Jérusalem.

  39. Redigé par Thérèse:

    Bonjour,
    Il nous est possible, si nous le souhaitons, de correspondre avec un détenu. Le magazine Panorama juillet-aout nous indique justement comment procéder.
    Voici ses indications:
    « …L’administration pénitentiaire et les associations œuvrant dans ce secteur nous ont indiqué qu’il n’est pas recommandé de transmettre ses coordonnées personnelles au début d’une correspondance.[ On peut passer] par l’intermédiaire d’une association. Vincent Leclair, de l’aumônerie catholique des prisons, en propose trois:

    « Le Courrier de Bovet » BP 70039, 75721 Paris cedex 15. Association totalement laïque.

    « S’écrire au-delà des murs », activité du Secours catholique(anciennement »Amitié sans visage »). Il n’y a pas d’adresse nationale (pour le nord de la France, par ex: Secours catholique, service Prison-justice, 14 bis rue Noêl-Trannin, BP 20286, 62005 Arras cedex.)

    « Fraternité du Bon Larron », 4 rue du Pont – des- Murgers, 78610 Auffargis.
    Plus orientée vers des correspondances spirituelles. »
    La rédaction de Panorama.

    Bonsoir à tous. bon Week-end.
    Th.

  40. Redigé par mariejo acosta:

    Membre de l’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture)
    je correspond -au nom de tout mon groupe- avec un prisonnier qui se trouve aux Etats Unis dans les couloirs de la mort depuis plusieurs années… Il vient de fêter son 33ème anniversaire… Indien, sans beaucoup de moyens financiers, mais intelligent. Il est chrétien et s’est inscrit à la « Nuit des Veilleurs » pour prier pour les victimes de la torture et pour leurs bourreaux. Ses lettres sont très bien rédigées, très belle calligraphie, même lorsqu’il avoue n’avoir pas beaucoup fréquenté l’école. Le groupe trouve en lui un appel à la prière et à faire connaître notre action pour que d’autres puissent connaître la richesse de notre engagement.

Laisser un commentaire